ESCALE est un festival produit par les Radios à roulette, qui a lieu dans les escaliers publics de la ville de Québec. L’objectif est de mettre en lumière ce patrimoine unique de la Capitale.

À l’automne 2021, pour la première édition d’Escale, les Radios à roulettes ont invité le collectif Ato pro a créer une installation d’architecture monumentale dans l’escalier du Faubourg. Les passants étaient aussi invités à raconter leurs histoires d’escaliers directement sur les murs de l’installation ou de façon numérique en scanant un code QR.

En voici quelques-unes:

Le belvédère de l’escalier du faubourg…..j’habite une rue plus haut depuis 27 ans…..il ne se passe pas un jour sans que j’aille y prendre l’air…..seul….avec moi même et la vie autour….regarder le coucher du soleil…prendre un bol d’air….tellement hâte au printemps pour que la ville repose les bancs…s’y assoir…..regarder la vie passer….les gens aller…regarder la peinture de l’escalier qui s’écaille ou un graffiti ou une araignée y faire sa toile….j’en ai passé des heures pour y laisser la soupape se vider…y pleurer y rire à m’y perdre dans mes réflexions seul sur mon banc et me rendre compte que j’y ai aussi tout comme mon escalier, vieilli….

Vers l’âge de 15 ans environ , en 1975 ! J’ai voulu tenter l’expérience de la cigarette ,évidemment en cachette de mes parents ! Alors j’ai changé de quartier pour être certain de ma réussite ! Je me dirige vers l’escalier du Faubourg pour être vraiment loin de chez-moi…j’habitais à notre dame de grâce quartier saint sauveur! Je m’installe avec un ami et allumons notre première cigarette …en toussant bien certainement et BOUM …Première voiture qui arrête à la lumière rouge ! Celle de mes parents qui allaient au chalet à château Richer ! J’ai écrasé et pour longtemps! Bravo pour la réalisation de ce projet ! Effectivement nos quartiers sont riches de ces escaliers!

Les saumons remontent la pente pas à pas. Tout en haut de l’escalier du Faubourg, mon nouvel ami venait de trouver le parfait code secret pour le moment où nous voudrions quitter le vernissage. Je me délectais depuis des jours, et même des semaines, d’images, d’émotions et de mots propulsés par mon imagination. Quand même, mon coeur ne pouvait pas me prévenir qu’il déboulerait à ce premier rendez-vous. Avec un «Pop» sonore, le bouchon de liège de la bouteille de vin mousseux s’envola droit au-dessus des marches dans le ciel ambré. Ce soir d’été, j’y découvris une personne authentique et fascinante rencontrée dans les rues pittoresques du quartier Saint-Jean-Baptiste. J’ai vu une somptueuse couleur au caractère complètement opposé au mien et j’ai ressenti le profond désir qu’elle laisse son empreinte sur moi. Je conserve ce souvenir chargé de ravissement et je continue d’avancer avec l’espoir que nos pas tapent encore une fois au même rythme.